Ego Boost - 1

Publié le par Valentin Vernoux

 

Entre Claudia Schiffer et moi, il ne s'est jamais rien passé.

 

Je préfère mettre les choses au clair avant que la rumeur ne se déclare.

 

Rien du tout.

 

Je pourrais vous dire "nous sommes seulement de bons amis", selon la formule consacrée.

Mais même pas. Pas amis.

Même pas certain qu'elle se souvienne de qui je suis.

Même moi, il m'arrive de la confondre avec l'autre, là, la blonde avec des cheveux.

 

Bon, pas de jalouses, je précise aussi que Monica Bellucci, Angelina Jolie, Kylie Minogue, pareil, rien du tout, read my lips, je n'ai pas eu de relations sexuelles avec ces femmes.

 

Même pas un petit bisou.

 

D'une manière générale, je ne suis pas absolument persuadé que ce soit une bonne idée de coucher avec des femmes trop-trop belles.

 

Mon idée d'une relation sexuelle réussie implique un certain niveau d'abandon de part et d'autre, et puis une certaine générosité, une envie de faire plaisir.

 

Je me demande ce qui pourrait inciter Monica Bellucci à se bouger le cul pour me faire plaisir entre les draps.

Voilà une femme qui, d'une manière générale, rend depuis la puberté les hommes absolument fous d'elle dès qu'elle rentre dans une pièce.

Une femme qui n'a jamais eu besoin de séduire au delà du simple effort d'être là et de vous regarder dans les yeux.

Une femme qui vous fait bander rien qu'en photo, et qui pourrait sans doute vous faire jouir rien qu'en faisant la moue avec ses lèvres… ah, ses lèvres…

 

Et puis, Kate Moss et Claudia Schiffer seraient les pires coups du millénaire, je ne vois vraiment pas qui irait le raconter.

Le type qui réussit à se taper Claudia Schiffer, le lendemain à la machine à café, il va raconter son exploit à tous ses copains, tu sais pas avec qui j'ai passé la soirée, tu ne va pas me croire, et oui je l'ai sauté, si si je t'assure, je te raconte pas comment j'ai assuré…

 

Bon, il va déjà avoir assez de mal à convaincre ses potes qu'il n'est pas complètement mythomane, qu'il a bel et bien passé la nuit avec une bombe universelle, il ne va pas tout gâcher en racontant que le sexe était décevant.

 

-          non, sans blague, tu as passé la soirée avec Angelina Jolie, putain la vache, comment elle est dans la vraie vie ?

-          ouais, elle est encore plus belle en vrai, c'est dingue, c'est super impressionnant, mais tu sais, en même temps, elle est sympa, un mot gentil pour tout le monde, elle s'intéresse à toi, non vraiment, la classe

-          et tu lui as parlé, toi, en vrai ?

-          oui, bien sûr, tu penses bien, tu me connais, dès que je l'ai vue je me suis mis en mode "super lover boy of the world", j'ai sorti le grand jeu, champagne, conversation spirituelle, et que je te fais rire, et que je te touche le bras, et que j'ai l'air vachement concerné par sa vie, et que je mets en route le charme latin-lover…

-          ne me dis pas que tu l'as sautée ?

-          ben si, en fait, on a passé une super soirée, j'étais à fond, elle était sous le charme, je ne l'ai pas laissé souffler, je la raccompagne à son hôtel, elle n'a pas eu trop le choix que de me proposer un dernier verre dans sa chambre, et une fois là-haut, hop, évidemment je l'ai sautée

-          oh putain, je le crois pas, t'as sauté Angeline Jolie, t'es trop fort, tu es mon héros, ouais gimme five, oh la vache, non mais c'est dingue, et alors comment c'était, comment c'était, comment c'était, comment c'était ???

-          ouais, bof…

-          BOF ??? ANGELINA JOLIE ??? Tu te fous de ma gueule ?

-          non, je t'assure, tu vois, elle est canon, c'est super, mais elle bouge pas, elle a l'air de s'en foutre, au bout d'un moment même moi je m'emmerdais

-          …attends, laisse moi bien comprendre, là, je te trouve confus : tu rencontres une des plus belles femmes du monde dans une soirée, le canon absolu, the ultimate bombasse, bon tu attires son attention, tu lui fais le grand jeu, tu arrives à la ramener à son hôtel, tu finis par la sauter, ET TOUT CE QUE TU TROUVES A DIRE C'EST QUE C'ETAIT "BOF" ??? T'es malade ?

-          ben moi, je te dis la vérité, c'était pas terrible, vraiment

-          oui et bien si tu crois que je vais te laisser gâcher mon fantasme de masturbation préféré parce que monsieur n'a même pas été capable de rester concentré sur LE CUL DE ANGELINA JOLIE, tiens, je me casse, tu me dégoutes, j'en pleurerais, tu es vraiment en dessous de tout, moi qui croyais que tu étais mon ami…

 

Le truc tacite, c'est que comme ces femmes sont des fantasmes universels pour tous les hommes de la planète, celui qui couche avec l'une d'entre elles représente ipso facto tous les hommes de la planète ; il n'a pas le droit de se planter, et son récit doit correspondre en tous points aux attentes de ses trois milliards de frères de branlette.

 

Et s'il s'aventure à remettre en cause la qualité de l'expérience, trois milliards d'hommes vont commencer à le regarder de travers en présumant que si c'était si chiant, c'est sans doute qu'il s'y est mal pris, qu'il n'a pas été à la hauteur de la situation, et que de toute façon il doit avoir une petite bite.

 

Moi, j'en suis sûr, je l'aurais fait jouir toute la nuit et ça aurait été extraordinaire.

 

Bon, se faire traiter de petite bite par trois milliards de mecs furieux, ça fait peur.

 

Alors oui, je suis désolé, mais c'est la triste réalité, le type qui a sauté Claudia ou Angelina ou Monica, il va raconter à tout le monde que c'était trop génial, et qu'il lui a donné à fond, et dans toutes les positions, et jusqu'au bout de la nuit, qu'elle lui a fait des trucs incroyables venus de l'espace, qu'il en a giclé jusqu'au plafond, qu'ils ont cassé tous les meubles, qu'en résumé c'était la baise du siècle, et qu'il a encore mal à la bite.

 

Donc puisque leur publicité post-coïtale est de toute façon garantie, on voit mal pourquoi Claudia, Angelina, Monica et les autres se seraient cassé le cul à développer la moindre compétence sexuelle au fil du temps.

 

Et pendant que les autres jeunes femmes, les normales-mignonnes-peut-être-mais-pas-ultimate-bombasses, apprenaient, essentiellement par approximations successives, les rudiments de l'acte sexuel, ce qui leur plait à elles et ce qui semble plaire à leurs compagnons, ce qui fait un peu peur et ce qui est excitant, et tout et tout, et bien une poignée de super-models apprenaient uniquement à apparaître dans une pièce, et à évincer les innombrables prétendants importuns.

 

Oui, ça doit se sentir bien seule, une top-model.

 

Parce qu'au bout du compte, avec qui ça couche, une super-bombe ?

Ca couche avec son équivalent masculin, lui aussi a accumulé les aventures sans jamais avoir besoin de démontrer quelque compétence que ce soit en tant qu'amant, les femmes fondant de reconnaissance à la simple idée d'avoir été accueillies dans ses bras.

Ou bien ça couche avec le mec normal qui a investi énormément d'énergie, de temps, et d'argent sans doute, à la séduire, et à qui elle ne peut pas dire non indéfiniment.

Le type concentré sur l'objectif, le pot de colle absolu, prêt à payer de sa personne pour décrocher le trophée.

 

Tout cela n'a pas l'air très satisfaisant pour le corps ni pour le cœur, n'est-ce pas ?

Ca doit être un beau nid à névroses, là dedans.

 

C'est bien pour cela qu'il n'y a absolument rien entre Claudia et moi.

 

En plus, on a beau leur dire "mais qu'est-ce qu'elle est belle, tu as vu, une femme comme ça, aussi parfaite, elle n'aurait même pas besoin de maquillage, tu l'habilles d'un sac de patates et elle a toujours l'air aussi incroyablement glamour", on a beau penser que plus le produit est beau, moins l'emballage compte, et bien en fait elles coutent quand même plutôt cher en entretien.

 

Pas besoin de maquillage, certes, mais quand même, dans le doute, les cosmétiques dans sa salle de bain ont quand même coûté plus que le PIB d'un petit pays européen.

 

Un sac suffirait pour l'habiller, c'est entendu, mais son dressing est plus grand que mon appartement et son contenu pourrait renflouer le déficit de la balance américaine.

 

Tellement belle au naturel, mais bien sûr, mais il lui faut quand même trop heures pour se préparer avant de sortir acheter le pain.

 

Et malgré tout, inévitablement, elle se trouve moche.

 

Forcément, le monde entier la connaît surtout sur les pages glacées des magazines, où son visage et son corps sont air-brushés dans les moindres détails, alors quand elle se voit dans la glace, même après trois heures de réglages, ça lui fait un choc, c'est moins bien en vrai.

 

Si j'avais voulu du mauvais sexe avec une jolie fille totalement névrosée qui dépense des fortunes et qui est toujours en retard, je serais resté marié.

 

Désolé, Claudia, ça ne va pas être possible.

 

 

(à suivre…)

 

 

 

 

Publié dans 12 Ego Boost

Commenter cet article

Camille 22/03/2010 12:57


Je suis certaine que Prune doit être un sacré canon et je parierais presque qu'elle passera dire que non, en fait elle est moche (mais bon ca c'est pas dur, toutes les filles pensent l'être)


thierry lalande 20/01/2010 20:49


J'avoue avoir beaucoup aimé, et toujours aimer d'ailleurs, Joan Baez, un de mes premiers amours de pré-adolescent (prononcer Djo-oune Ba-eze). je ne suis pas sûr que cela ait un rapport avec vos
discussions, mais qui sait?


Valentin Vernoux 20/01/2010 20:53


Euuuuuh, non, aucun rapport.

Mais merci d'avoir participé, réessayez quand vous voudrez.


Prune 11/01/2010 15:41


Cher Valentin
Je le savais, je n'aurai pas du vous écrire aussi tôt. Je veux dire, aussi tôt, avant que l'effet café ne soit parvenu jusqu'à mon cerveau.
Je sais, bien évidemment, que vous ne pensez pas un mot de ce que vous dites.
Ou si peu...
En revanche...à quoi pensez-vous vraiment?

Je vais continuer, donc, à vous lire.

PS : effectivement, "baise" est un mot de conversation


Prune 11/01/2010 10:27


Me voilà bien soulagée, à la lecture de cet article.
1/ Vous êtes parfaitement normalement constitué, ce qui vous oblige, en tant que MALE, a rajouté instantanément de la vulgarité dans vos propos. ("giclé", "sauté", "baise")...argumentaires de vente
machistes et stupides : vous pouvez être un sacré coup, le meilleur de la décennie, le plus improbable du siècle, et vous exprimer correctement.
2/Pour être proches de certaines de ces "bombes" que vous décrivez, j'entends personnellement proches, pour les connaître, je vous rassure, vous pourriez lécher le sol sur lequel elle marche, vous
ne lècheriez que ça.
3/Vous faites preuve d'une indigence de réflexion exceptionnelle. Remarquable. Au risque de vous surprendre, mais votre orgueil placé à un mètre vingt du sol approximativement vous empêchera cette
surprise, ces putains de bombes ont une vie normale, et par ailleurs vous ne citez que celles étalées dans les tabloïds.

Vous vous contentez de vous satisfaire, mais peut-être est-ce votre seule manière d'atteindre l'orgasme, de préjugés conventionnels pour asseoir votre machisme tout autant que votre risque de vous
faire jeter si par hasard un jour vous étiez amené à partager le lit d'une icône.

Cela dit, vous savez que je ne peux que vous apprécier, pour diverses raisons légèrement évoquées précédemment.
Aussi, je vais continuer de vous lire, passionnément, car malgré certains de vos propos, j'aime la teneur général de vos écrits.

A bientôt. John m'attend (non, pas John Smith; un autre. Il louche un peu, il est convaincu que je n'ai qu'un sein)


Valentin Vernoux 11/01/2010 11:10


Chère Prune,

Merci d'être au rendez-vous, avec ce ton qui n'appartient qu'à vous.

Peut-être devriez-vous envisager de lire mes textes avec un tout petit peu de recul, en envisageant la possibilité d'un second degré ?
Pensiez-vous que mes commentaires sur ces stars de magazines avait une prétention journalistique ou ethnologique ? Est-il vraiment très prudent de me prendre au sérieux ?

Ce qui me fait plaisir, depuis la publication de cette théorie, ce sont les commentaires directs de quelques amies qui me disent "tu sais, ce n'est pas nouveau, nous les femmes on sait bien que les
mecs trop beaux sont rarement de bons coups".

Quant au style, je note votre objection, "baise" est effectivement un mot bien offensant pour l'oreille et les sentiments du lecteur, et parfaitement déplacé dans un article qui parle de sexe. Ce
n'est pas comme si nous l'utilisions à l'occasion dans nos conversations.
Mea Culpa.

;-)


John smith 08/01/2010 21:26


Cher Valentin,

continue a baiser les moches, nous ca nous arrange, et d'ailleurs je tiens a souligner que si, Angelina est un bon coup, et d'ailleurs j'ai encore mal a la bite, moi...

Ceci dit ta theorie est interessante, compenser la nature par l'effort, le talent par la besogne est un concept assez protestant, valorisant le labeur et la dedication,... et moi les protestants ca
m'exitent!


Mais dis moi grand scarabe, n'existe t il point de jolies besogneuses piquantes et devouees, disponibles voire protestantes?

J'ai deja mal a la bite, rien que d'y penser!

JohnJohn


Valentin Vernoux 08/01/2010 21:30


T'inquiete, John, je m'occupe de ton week-end à Paris...