Lèvres Absentes (3)

Publié le par Valentin Vernoux


Previously dans Lèvres Absentes : notre héros accumule les conneries que c'en est pas Dieu possible ; après avoir parlé d'Emma à Gaston, qui travaille dans la même boîte qu'elle, la jetant ainsi dans les bras prédateurs de ce dragueur impénitent, il a essayé de rattraper le coup en prévenant la femme de Gaston, Cathy, mais la réaction violente de cette dernière nous plonge désormais dans la plus extrême inquiétude…

 

 



 

Aïe aïe aïe.

 

Wouhouhouhouhouhouhou, alerte rouge, alerte rouge, ceci n'est pas un exercice, tout le monde sur le pont, c'est la cata.

 

Valentin, il faut que tu arrêtes de mélanger le whisky et les médicaments.

 

Tu te rends compte ?

 

D'abord tu jettes Emma dans les bras de sa Majesté Gluant 1er, baiseur fou du Val d'Oise, puis tu lui jettes aux trousses Cathy-la-Tueuse, la femme la plus dangereuse que tu connaisses.

 

Sérieusement, tu as vu de près ce que cette femme arrive à faire avec sa bouche et chacun de ses autres orifices ?

Tu as constaté de visu les contorsions extra-terrestres qu'elle parvient à imposer à son corps parfait ?

 

Tu te souviens des trésors d'imagination et de perversité infinis qu'elle employait sous la couette ?

 

Tu imagines ce dont elle est capable en close-combat ?

 

En plus si je me rappelle bien, elle est d'origine corse, ce sont des vraies cinglées les femmes corses, des tueuses nées, ça ne plaisante pas avec l'honneur et la dignité des femmes bafouées, non vraiment, ça risque d'être sanglant.

 

Arrête de bander, c'est pas le moment.

 

Tiens, c'est une idée, ça, tu pourrais la rappeler et aller la sauter, ça la calmerait peut-être, tu pourrais la ramener à la raison.

 

Ah ben non, c'est pas possible.

 

Oui, Valentine, je sais, je suis en couple, mais il y a plus grave.

 

Oui, je me souviens, elle a ses règles, elle te l'a dit tout à l'heure, mais ce n'est pas non plus le principal problème.

 

Elle habite en banlieue, c'est ça le problème.

 

Ah oui, bon, la banlieue ça va pas être possible, il faut trouver un autre plan…

 

 

Ah ben tiens je pourrais appeler Germaine.

 

Non !

 

Valentin, tu arrêtes avec ce téléphone.

Le téléphone, ce n'est pas ton truc, tu le vois bien, tu déclenches catastrophe sur catastrophe.

Il y a des choses pour lesquelles tu n'es pas très doué, le téléphone est un bon exemple.

 

Et puis pourquoi Germaine, tu veux bien te concentrer un petit peu ?

 

Non, il n'y a pas à tergiverser, il faut prévenir Emma.

 

Pas au téléphone, il faut que tu t'expliques clairement, ne pas lui donner l'occasion de t'engueuler, il faut lui envoyer un mail.

 

Oui, un mail, très bien le mail.

 

* * *

 

Bon.

 

La vie est faite de ces choses, j'ai perdu un peu de temps dans mon nouveau plan.

 

C'est pas ma faute.

 

Je n'ai pas trouvé l'adresse mail d'Emma.

 

Et avec mon autocensure sur le téléphone, ce n'était pas facile de la trouver.

 

J'ai essayé de reconstituer une adresse professionnelle cohérente sur la base de la carte de visite de Gaston, après tout les adresses email de La Maille Picarde doivent toutes être construites pareil, mais je me suis rendu compte que je ne connaissais même pas le nom de famille d'Emma.

 

J'ai quand même retrouvé le nom de Germaine, je ne sais pas pourquoi mais elle m'avait laissé une carte de visite, il y avait même un mail dessus, je me suis dit bon, je vais quand même essayer ça, on est dans l'urgence.

 

J'ai fait dix-neuf brouillons du mail, et puis finalement j'ai envoyé ça :

 

Chère Germaine,

Je me doute que je dois être la dernière personne sur terre à qui tu as envie de parler, mais je t'assure que je t'écris pour de très bonnes raisons.

Ne me demande pas comment je l'ai su, mais j'ai appris complètement par hasard que quelqu'un cherche à faire du mal à ton amie Emma.

Il s'agit d'une femme qui est persuadée que Emma a une aventure avec son mari ; elle s'appelle Cathy G****, elle habite le Val d'Oise, et c'est une femme dangereuse.

Je n'ai pas les coordonnées de Emma, aussi je t'en conjure, préviens-la du danger.

Je ne peux pas t'en dire plus, je risque déjà ma vie en te prévenant.

Affectueusement,

Valentin

 

Bon, avec un peu de chance Emma aura le message, la tentative de meurtre sera déjouée, Emma finira par apprendre que je lui ai sauvé la vie, elle me rappellera, et nous aurons beaucoup d'enfants.

 

Pffff.

 

* * *

 

Dans les jours qui ont suivi, j'ai continué à chercher un moyen de contacter Emma directement.

 

En vain.

 

Peu à peu je me persuadais que Germaine avait dû détruire le message sans même le lire, notre rupture l'avait sans doute chagrinée, vous savez comment sont les femmes dans ces cas-là, totalement irrationnelles et impulsives.

 

J'imaginais déjà Emma morte sous les coups de la chasseuse redoutable, c'est vous qui avez découvert le corps brigadier, oui commissaire je vous préviens c'est pas beau à voir, apparemment elle a eu la tête complètement broyée entre deux seins siliconés, et on lui arraché les organes avec un instrument non identifié, peut-être la petite cuillère qui se trouve à côté du corps, oh excusez-moi commissaire je n'aurais pas dû prendre de petit déjeuner, je comprends, petit, c'est affreux, mais quand vous aurez vu autant de cadavres que moi, OH MON DIEU MAIS C'EST HORRIBLE !!!!...

 

Et puis un jour…

 

J'ai reçu un mail d'Emma.

 

Je n'ai même pas pris le temps de le lire, miracle elle est encore vivante, c'est formidable, vite il faut la prévenir, l'assassin rôde encore, j'ai copié son adresse mail illico, et je lui ai envoyé ceci :

 

Emma, il faut absolument que je te prévienne,

J'ai fait une petite bêtise, vraiment une broutille, mais il faut que tu te mettes à l'abri immédiatement.

Tu es en danger, on veut te tuer.

L'assassin est une femme d'une quarantaine d'année, super bien foutue, blondasse mais c'est pas naturel, elle porte en général des sous-vêtements rouges avec des porte-jarretelles, mais par-dessus je ne sais pas ce qu'elle porte, elle est très souple et elle fait des choses très étranges avec son corps, méfie-toi d'elle elle est corse.

Sois très prudente et ne fais confiance à personne.

Emma, Emma mon Amour, tu es vivante, je suis tellement heureux,

Valentin

 

Et j'ai fait "send".

 

Ouf.

 

On a eu chaud.

 

J'aurais peut-être dû aussi la prévenir pour Gaston, pendant que j'y étais.

Je voudrais vous y voir.

J'ai fait au plus pressé.

 

* * *

 

Je respirais.

 

Et je me suis souvenu que je n'avais même pas lu le mail d'Emma.

 

Si ça se trouve, elle n'avait réchappé à l'attentat que de justesse, et elle me réclamait sur son lit d'hôpital…

 

Son mail disait ceci :

 

Valentin

J’ai beaucoup hésité à t’écrire ce mail. Tu devines que sans nouvelles de toi depuis ce dîner, qui m’a laissée ravie, tout autant que nostalgique, je ne savais quelle attitude adopter.

J’ai voulu demander tes coordonnées à Gaston G****, qui travaille avec moi. Tu le connais, il m’a d’ailleurs parlé de toi aujourd’hui. Entre nous, je préfère te le dire, il a tenu à ton encontre des propos très violents, et si je ne te connaissais pas, j’en aurai volontiers conclue que tu es une ordure, prêt à tout pour séduire les femmes avant de les laisser tomber.

Mais je sais que tu n’es pas comme ça, et Gaston m’a semblé très jaloux, ou envieux, de ce que tu es.  

Je n’ai rien dit, pour toi, comme pour moi, j’ai préféré la discrétion. Le monde est tout petit, je trouve ça plutôt drôle, et en même temps très étrange, comme si le destin cherchait à nous réunir.

Mais, quoiqu’il arrive entre nous, notre passé, et notre futur, ne regardent pas Gaston.

Je me suis souvenue que tu travaillais dans cette maison d’édition musicale, les “Illustres Inconnus”, et j’ai ainsi trouvé ton adresse mail. J’espère que tu ne m’en voudras pas de l’avoir cherchée, et de te déranger en t’écrivant.

Voilà; pardonne ce long mail. J’aimerai simplement avoir de tes nouvelles, si tu peux, si tu as envie, ou le temps, de m’en donner.

Je m’arrêtte là.

Je dois retrouver Gaston en réunion pour un dossier urgent, il fait partie de la direction, et je dépends de son service…

J’espère à bientôt.

Je t’embrasse.

Emma.

 

?????

 

Ma réaction a été perplexe.

 

Je ne sais pas trop quoi penser de ce message.

 

Après moult relectures, j'ai identifié les conclusions suivantes :

 

  1. Cette femme en veut à mon corps (bon, c'est ce que je conclus en général quand une femme m'envoie un mail, ça me pose assez de problèmes au boulot, en même temps la plupart du temps ça se vérifie, donc je reste sur mon principe de base, si elle m'écrit, j'ai une ouverture)
  2. Emma est violemment fâchée avec l'orthographe
  3. Emma est passablement fêlée
  4. Apparemment il ne s'est rien passé entre Emma et Gaston
  5. Et beaucoup plus surprenant, aucune nouvelles de Cathy : ni dans le comportement de Gaston, qui n'agit pas comme un mari sous haute surveillance, ni dans l'attitude d'Emma, qui apparemment ignorait tout de son existence

 

Les corollaires de cette dernière conclusion ?

 

D'une part j'aurais pu m'abstenir de lui envoyer le mail de tout à l'heure, je risque de passer pour un fou et dans tous les cas de devoir m'expliquer sur ma série de boulettes…

 

D'autre part…

 

Mais où est donc passée Cathy ??

 

 

 

 

 

( A suivre )

 

 

 

Nota Bene : et pendant ce temps-là, Emma

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article