Phéromones

Publié le par Valentin Vernoux


 

Previously dans les tribulations sentimentalo-sexuelles compliquées de Emma et Valentin :

 

A la suite d'une rencontre fortuite dans une soirée, Emma et Valentin se sont remarqués, se sont plus, ont flirté un peu, mais ne sont finalement jamais passés à l'acte.

 

Emma a rencontré Gaston ; la meilleure amie d'Emma, Germaine, a rencontré Cathy (la femme de Gaston).

 

Valentine, la copine de Valentin, a mis le holà à toute cette histoire de flirt maladroit entre nos tourtereaux préférés (avec l'assistance involontaire du commissariat de quartier, mais bon je vais faire court), et Valentin est retourné sagement au domicile conjugal.

 

Valentine a-t-elle pardonné ?

Nos héros se reverront-ils un jour ?

Est-ce qu'on va enfin avoir des scènes de sexe explicites dans ce blog ?

 

Et donc, quelques mois plus tard…

 


 

 

Ah tiens, tu es là ?

 

Oui, salut, ça fait plaisir, ça fait un bail qu'on ne s'est pas vu.

 

Oh, tu vois, la routine, rien de bien nouveau, on fait aller.

 

Oui oui, je suis toujours avec Valentine, d'ailleurs elle n'est pas bien loin, elle doit discuter avec ses copines dans l'autre pièce.

 

Oui, je sais, ça commence à faire un bail qu'on est ensemble, ça fait… oh ben oui, la vache, ça commence à faire un bon moment dis-donc.

 

Si je l'aime ?

C'est quoi cette question de gonzesse, tu as viré pédé ?

Non, non, je n'ai rien contre les pédés, moi tu sais des gens qui sont autant amateurs de pipes et de sodomie, je suis plutôt compréhensif, mais quand même c'est quoi cette question de tarlouze ?

 

J'en sais rien, moi, si je l'aime…

On est bien ensemble, elle est canon, elle ne me casse pas les couilles, on n'a pas prévu de se marier dans les jours à venir, on a chacun eu déjà bien assez d'enfants de notre côté pour que ce ne soit pas un sujet aujourd'hui, le sexe est parfait, elle a de la conversation, elle commence à bien me connaître et elle n'essaie pas de me changer, enfin pas trop, alors bon, disons que je n'ai vraiment aucune raison de me barrer, et que j'aimerais bien être encore avec elle la semaine prochaine, tu vois ?

 

Rappelle-moi, c'est ça l'amour, ou il y a encore d'autres critères ?

 

Aaaaah, les yeux qui brillent, le cœur qui bat, l'estomac noué, ce genre de choses ?

 

Non, pas vraiment, je vois ce que tu veux dire, bon, ce genre de choses ne dure pas toujours, hein, et puis on fatiguerait vite, heureusement qu'il y a cette putain de tendresse, on ne va pas non plus regretter les affres de notre jeunesse, les cours de récrés boutonneuses et les boums maladroites, les petits mots ridicules glissés furtivement dans les cartables, enfin merde on n'est plus des gamins, on en a assez chié pour apprendre que l'amour, c'est autre chose, on n'est pas dans un Walt Disney, c'est du boulot, c'est un engagement de tous les jours, quoi, non ?

 

A propos, tu es venu avec Anne-Sophie ?

 

Ah vous êtes séparés ?

Elle est partie avec ton frère, sans blague ?

Ah merde…

Oui, je comprends, divorce difficile…

Elle t'a tout pris, tu vis à l'hôtel, ah tu sors juste de dépression, ah quand même, et en plus tu as perdu ton boulot au passage, ah les salauds, et donc tu ne vois plus tes enfants parce que tu leur fais peur quand tu te mets à pleurer sans raison, mais alors tu n'as plus un sou, oui je vois, pas facile…

 

Ben dis donc, quand on te demande comment tu vas, toi, on en a pour son argent, hein ?

Tu n'as pas chômé depuis la dernière fois qu'on s'est vu, mon vieux, ça fait quand même beaucoup de nouvelles d'un coup…

 

Remarque, tu voulais de l'angoisse et des yeux qui brillent, apparemment tu es bien servi.

Comme quoi, hein, à quelque chose malheur est bon…

Oui, la vie est bien faite.

 

Mais blague à part, c'est vrai ce que tu dis à propos du cœur qui bat.

 

Il y a quelques mois, j'avais rencontré cette fille, Emma, c'était tout à fait ça, j'étais complètement retourné, je ne pensais plus qu'à ça, une vraie obsession.

 

Non non, il ne s'est rien passé, enfin presque rien, tu sais j'étais déjà avec Machine, oui Valentine c'est ça, et puis bon avec Emma ça a été une rencontre compliquée, ça n'aurait pas été raisonnable, elle avait l'air assez instable comme fille…

 

Oui, je sais, les filles instables font souvent des maîtresses parfaites, je suis bien au courant.

 

Mais bon, là, tu vois, on confinait au psychopathe, quand même, tu sais je l'ai vu quand même deux fois détruire un restaurant entièrement, et la dernière fois qu'on s'est croisé, on a tous fini au poste pour la nuit, alors bon, je me suis dit, tu as passé l'âge Valentin, et bon je suis resté avec Valentine.

 

Et puis je crois qu'elle s'est trouvé un mec, ils sont ensemble depuis cette époque, ah ben justement, Gaston, tu te souviens de Gaston, ce gros con, et bien c'est lui, ils sont ensemble…

 

Oui, Gaston.

Ah ben tiens, justement, sa femme s'est barrée aussi, tu te souviens de Cathy ?

Oui, je sais que tu l'as sautée, on l'a tous sautée tu sais, moi aussi bien sûr, oui juste après toi je crois.

Un peu avant, aussi.

Pendant aussi, sans doute.

Aaaah, quels souvenirs, Cathy.

Et bien elle s'est barrée, Cathy, tu ne vas pas me croire, elle a viré lesbienne, elle vit avec une fille, Germaine, dingue non ?

 

Ah non, je n'ai pas revu Emma depuis cette histoire, tu rigoles, non, pas un coup de fil, rien.

Enfin, elle m'a envoyé des texto une ou deux fois, mais moi silence radio, ah non, il ne faut pas qu'on se revoie, ouhlalaaaa, faut pas que je déconne sur ce coup-là, Valentine ne me le pardonnerait pas une deuxième fois.

 

Et bien, avec Valentine, après cette histoire, ça a été un peu tendu, je ne te fais pas un dessin, si tu veux je fais quand même un peu profil bas, elle me surveille de près, mais bon ça va, tu sais Valentine est vraiment une fille bien, elle a décidé de pardonner, on fait des efforts tous les deux, on sait ce qu'on a, on travaille sur notre couple, quoi.

 

Oui, on se fait chier, oui, un peu.

 

Non, je ne devrais pas dire ça, ce n'est pas vrai.

C'est un peu tendu, mais je suis très bien avec Valentine.

 

 

* * *

 

Un matin, on a reçu une invitation.

 

C'était Germaine et Cathy.

 

Ah ben ça alors…

 

S'il y a bien un couple dont je ne pensais pas recevoir un jour des nouvelles…

 

Et donc on était invité, Valentine et moi, à passer un grand week-end dans un château en Bretagne, célébration de leur union ou un truc dans ce goût là, invitation chichiteuse imprimée en lettres roses et or, plus lesbienne tu meurs.

 

"Euuuuh, ma chérie, tu ne vas pas me croire…"

 

"Hmmm ?"

 

"On est invité à un genre de mariage lesbien dans un château pour le week-end de Pâques"

 

"Pardon ? Un quoi ?"

 

"Euuuh, un genre de mariage lesbien, c'est de Cathy et Germaine"

 

"Cathy et Germaine ?"

 

"Oui, ça a l'air bien tu sais, dans un château et tout et tout, apparemment il y aura plein d'animations, au printemps ça peut être sympa"

 

"Cathy et Germaine, les Cathy et Germaine du poste de police ?"

 

Oups.

J'aurais mieux fait de me taire, moi.

 

Elle continue :

 

"Les deux cinglées qui sont devenues lesbiennes parce qu'elles n'arrivaient pas à coucher avec toi ? Les Cathy et Germaine qui sont les copines de, comment elle s'appelle déjà, la petite pute qui a essayé de me piquer mon mec, Emma, c'est bien ça…?"

 

"Euuuuh, oui, enfin je ne raconterais pas ça exactement comme ça, mais oui, ces Cathy et Germaine là"

 

Valentine ne dit plus rien, mais son regard noir est éloquent.

 

"Je vais leur dire non, bien sûr, ma chérie, bien sûr pas question qu'on y aille, tu penses bien, je voulais juste te tenir au courant, c'est rigolo, non ?"

 

Silence de Valentine, elle me transperce du regard, elle a dû développer des superpouvoirs de l'œil gauche durant la nuit parce que je sens que mes organes internes se rabougrissent rapidement, je vais me décomposer sur place sous les radiations, je suis foutu.

 

"Enfin, bon, rigolo n'est sans doute pas le mot, je leur dis non, ne t'inquiète pas ma chérie… tu veux que je te fasse un thé mon amour ?"

 

Elle se replonge dans son magazine, sans me répondre.

 

Moi, pas con, je vais quand même préparer le thé, à tout hasard.

 

 

* * *

 

 

Valentine a raison, c'était ridicule, cette idée de week-end.

 

Bon, Emma aurait certainement été là, meilleure amie de Germaine et tout.

 

Emma.

 

Non non non non non, Emma il ne faut pas, c'est pas une bonne idée du tout.

 

Je commence à peine à l'oublier, pas question.

 

Emma et Gaston, en plus.

 

Non non non non non non.

 

En même temps, si ça se trouve, elle vient aussi de recevoir l'invitation, et elle doit se demander si j'y serai.

 

Si si, je suis sûr qu'elle se demande aussi si on se reverra un jour.

 

Ahlalaaaa, comment elle va être déçue…

 

Pire encore, si elle n'a pas envie de me revoir, elle risque de décliner l'invitation, se fâcher avec sa copine, tout ça pour rien puisque je n'y vais pas…

 

Ahlalalaaa, c'est terrible.

 

Oui, c'est clair, je n'ai pas le choix, je suis obligé, c'est absolument pas ma faute, je n'y suis pour rien du tout j'ai rien fait…

 

Il faut que je lui dise que je n'y vais pas.

 

Il faut que je lui écrive un petit mot.

 

Ecrire à Emma, mais ça fait des mois que j'y pense et que je me l'interdis.

 

Mais là, c'est même pas moi qui ai commencé, c'est un cas de force majeure, hein ?

 

Bon, qu'est-ce que je lui dis ?

 

"Emma,

je suppose que tu as reçu l'invitation aussi.

Pour que les choses soient claires, sache que Valentine et moi ne pouvons pas nous rendre à ce week-end, nous ne nous y verrons donc pas.

J'espère que tout va bien pour toi.

Amicalement,

Valentin"

 

Oui, c'est bien, neutre mais amical, c'est parfait.

 

Allez hop, message envoyé.

 

 

 

 

( A suivre )

 

 

 

Nota Bene : et pendant ce temps-là, Emma

 

 

 

 

Commenter cet article

Cécile 21/02/2010 18:36


@ Valentin : mais qui t'as dit qu'elles se battaient toutes les deux pour toi ?? Tu as aussi essayé de sauter Prune ? c'est Valentine qui va pas être contente si elle l'apprend.
@ Prune : mais qui a dit que Valentin est un homme ???


Valentin Vernoux 21/02/2010 18:48



Je ne comprends pas ta logique, je n'ai pas dit que je me battais pour elles, je constate qu'elles se battent pour moi, ça n'a rien à voir avec essayer de les sauter...

Et Prune, je vous rassure, je suis bien un homme, vous n'en doutiez pas, bien sûr, retrouvons-nous pour un verre à l'occasion ...?



Prune 21/02/2010 18:18


Valentine, je crois que Valentin est vraiment un homme. Si ça ne vient pas de lui, ça ne lui plaît pas.
Ite missa est


Valentine 21/02/2010 18:12


Et depuis quand tu n'aimes plus les "catfight" ????


Prune 21/02/2010 18:03


C'est dingue ça. Y'a deux filles qui discutent, et tout de suite les hommes imaginent qu'on se dispute.


Prune 21/02/2010 17:52


Je n'en fais usage que lorsque ceux auxquels je m'adresse sont assez sensibles pour savoir qu'elle est un masque :-))
Bonne soirée


Valentin Vernoux 21/02/2010 17:58


Du calme, les filles, du calme...