Serments Sucrés (3)

Publié le par Valentin Vernoux

 

Previously dans "Serments Sucrés" : coincé dans un dîner de fiançailles, notre héros imagine l'histoire banale et consternante de la rencontre du jeune couple, du premier regard à la fameuse conversation sur l'engagement à long terme...

 


 

 

 

Tout ceci a dû se dérouler il y a environ 2 ans, à en juger par l'état d'avancement du dressage de monsieur.

 

Deux années de mauvais sexe et de domestication approximative, pendant lesquelles ils ont testé leur résistance mutuelle à la vie quotidienne, à la promiscuité des vacances en couple, aux soirées avec les amis de l'une ou de l'autre, puis surtout de l'une, deux années pendant lesquelles madame a patiemment rééduqué monsieur en matière de décoration, d'habillement, de goûts cinématographiques et littéraires, d'alimentation et de programmes de week-end, deux années de tests régulier pour confirmer qu'il était bien Le Bon, et qu'elle était prête à partager sa vie avec lui.

 

D'où ces fiançailles aujourd'hui.

 

Car il semblait en effet urgent de placer nos deux tourtereaux, forts de ces deux années entières d'expérience empirique du sexe et de la vie de couple, qui ont quand même bien dû leur apprendre un ou deux trucs sur le sujet, de les placer disais-je sur un piédestal et de les introniser officiellement expert internationaux et universels de la chose amoureuse, oh je crois que je vais me remettre à pleurer ils sont tellement mignons je suis toute émue.

 

Tout comme l'adulte moyen s'extasie devant le moindre bambin en couche-culotte qui fait ses premiers pas, alors que bon nous aussi on sait marcher, on sait même le faire mieux que toi petit con, par exemple sans lever en l'air des petits bras boudinés et ridicules en faisant un sourire débile à la ronde, tout comme l'adulte applaudit le bambin qui dit son premier "agheu", et bien les rituels millénaires de passage à l'âge sexuel veulent que de nombreux couples rompus depuis des décennies aux arcanes cruelles de la vie à deux viennent tout de même s'émouvoir à la parade du nouveau petit couple modèle qui croit avoir tout compris après deux ans d'approximations successives.

 

Parce qu'ils ne se contentent pas de venir étaler leur torpeur amoureuse, les deux crétins du jour....

 

Non, ils nous font la leçon.       

Ils nous font lire des poèmes et des passages de la Bible qui expriment tout bien pleinement ce que signifie l'Amour à leurs yeux.

Ils nous portent des toasts interminables à la gloire du Couple et de la chose éternelle.

Ils nous foutent la honte avec leurs serments impossibles à tenir et leurs promesses romantiques à la con.

Ils nous noient dans le sucre et la guimauve et les papillons dorés, et moi j'ai toujours envie de leur mettre des claques.

 

L'Amour, le Couple, petits cons, ça fait à peine deux ans que vous avez découvert le sujet.

Moi, ça fait vingt-cinq, trente ans que je patauge dans la chose.

Tu veux qu'on échange des tuyaux ?

Je te préviens, ça risque de te faire peur.

 

Tu veux que je te raconte ton avenir ?

Tu veux que je te raconte l'effet de sa prochaine grossesse sur ses hormones, et les sautes d'humeur auxquels rien ne pourrait te préparer ?

Les années sans sommeil après la naissance du premier, et jusqu'à l'adolescence du dernier ?

Les problèmes de fric ?

Ses moments de terreur lorsque son corps se flétrira peu à peu, et qu'elle fera le bilan de sa vie de femme ?

Les reproches, le mépris qui s'installe, l'impression de n'être jamais à la hauteur de ses attentes ?

 

Des années à te dire que demain les choses devraient aller mieux, parce que les enfants seront plus grands, que les dettes seront remboursées, que le boulot sera moins précaire, qu'elle sera sortie de sa dépression, que vous pourrez déménager, que sa mère sera enfin crevée, une éternité à attendre que le bonheur soit enfin bientôt au rendez-vous, ou au moins un peu de paix, un instant d'insouciance, une occasion de retrouver enfin ce sentiment fugace que tu avais ressenti à la voir ce premier soir il y a des siècles de cela, cette certitude sans faille qui t'a envahi lorsque tu es ressorti de chez elle après l'avoir sautée pour la première fois.

 

La vie va vous en faire baver, et vous n'êtes pas du tout prêts.

 

Alors camembert, les tourtereaux.

 

 

* * *

 

En fait, c'est un peu absurde.

 

Fiançailles, mariages, naissances, notre calendrier mondain est rythmé de ces occasions où nous allons pieusement écouter de parfaits débutants nous expliquer la vie, et où nous hochons la tête gravement en écoutant leurs conneries naïves et leur prêchi-prêcha consternant.

 

En revanche, les divorces se déroulent dans la plus stricte intimité, et là nous ne sommes plus invités à énumérer par le menu les tenants et aboutissants de ce qui a fait lamentablement couler le navire.

 

Dès que les gens connaissent un peu leur sujet, plus personne ne veut les entendre.

 

Moi, en vérité, je vous le dis, par pitié, arrêtez de nous prendre le chou avec vos amourettes naissantes, et invitez nous à vos divorces ou à vos procès pour meurtre, pour le bien de l'humanité, il est temps d'éduquer les foules, toute ce dégueulis rose-bonbon fait des millions de victimes chaque année.

 

Ca devrait même être obligatoire.

 

"Avant de baiser comme des lapins, allez donc demander à l'oncle Georges de vous raconter son mariage avec tante Suzette, et comment elle l'a quitté pour le jardinier en emportant toute sa fortune et même sa collection de timbres."

 

Laisse-moi te raconter ce qu'à été la vie avec ta mère.

 

Avec un peu de chance, l'histoire de nos propres désastres affectifs pourra servir d'éducation à la prochaine génération.

Leur ouvrir un peu les yeux.

On peut toujours rêver.

 

Oui mes enfants, vous êtes amoureux et c'est merveilleux, ça nous rappelle des souvenirs, c'était le bon temps.

On voulait juste vous dire la vérité, avant que vous ne fassiez une connerie.

Il y aura des moments formidables, mais il y aura aussi les jours où vous aurez envie de tout quitter.

Et les jours où vous aurez envie de tuer votre conjoint.

 

Toute la vie, c'est très très long.

 

L'amour que vous vivez aujourd'hui n'a absolument aucune chance de survie.

C'est un amour d'enfants, celui que vous croyez être croit aimer celui que vous croyez avoir vu en l'autre, ça n'a aucune chance de fonctionner.

 

Si vous avez beaucoup de chance, et des montagnes de persévérance et d'indulgence et d'intelligence, vous survivrez à la mort de cet amour, et vous en trouverez un autre, un amour plus sec, plus cru, plus douloureux, un amour les yeux ouverts, lorsque vous vous serez vraiment mis à nu tous les deux, que vous aurez découvert qui vous êtes, et si ces deux là se plaisent toujours.

 

C'est un long voyage, qui vous prendra tout ce que vous avez.

La plupart n'en reviennent pas.

 

Bonne chance à vous.

 

Maintenant, si vous avez encore le moral, vous pouvez aller baiser comme des lapins.

 

On vous aura prévenus.

 

 

 

 

(à suivre…)

 

 

 

 

Publié dans 23 Serments Sucrés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article