Tomate-cerise (5 et fin)

Publié le par Valentin Vernoux


Previously in Tomate-cerise : après une première rencontre apocalyptique, Emma et notre héros ont enfin réussi à diner ensemble sans détruire de mobilier ni générer de dommages collatéraux pour la population environnante ; nous apprécions leurs efforts ; un long baiser romantique a conclu la soirée, et notre héros est tout tourneboulé…

 


 

La nuit fut rêveuse.

 

Moi, les baisers romantiques de fin de soirée, ça m'inspire des nuits sereines et des ronronnements (non, je ne ronfle pas) de contentement.

 

Mes rêves étaient donc peuplés de lèvres voluptueuses, de décolletés vertigineux, de voix enivrantes, et de petites robes moulantes, j'ai dormi comme un bébé.

 

Maintenant que j'y pense, il y avait aussi, et c'est plus rare en ce qui me concerne, un gros Coulommiers qui traversait parfois la scène de mes songes, un Coulommiers avec des petites pattes et des petits bras, il s'agitait dans tous les sens pour me dire quelque chose, c'est rigolo.

 

Je ne sais pas très bien ce qu'il faisait dans mon rêve, la dernière fois que j'ai rêvé de fromage j'ai réalisé le lendemain que ma conquête de la nuit sentait un peu fort de la bouche, et encore ça n'avait rien à voir, à l'époque c'était un Livarot si je me souviens bien, il ne cherchait pas à me parler, et il n'avait pas de pieds.

 

Pas de pieds, pas de Coulommiers.

 

La nuit fut rêveuse donc, et le réveil a rassemblé mes esprits autour d'un thème général d'autosatisfaction et de contemplation ravie des possibilités infinies que les événements récents offraient désormais.

 

Emma, baiser nocturne, décolleté vertigineux, dans l'ensemble la vie est belle.

 

* * *

 

Et pourtant, café après café, je n'arrive pas tout à fait à rester dans cet état de ravissement béat.

 

Quelque chose cloche, un tracas s'installe, je n'arrive pas encore tout à fait à mettre le doigt dessus, c'est comme si j'avais complètement oublié un truc important, et qu'un ange bienveillant posé sur mon épaule essayait de m'avertir du danger…

 

On dirait l'ange de Caprice des Dieux, je ne sais pas ce que j'ai avec les fromages ce matin.

 

Pfff, bon, quoi, qu'est-ce qu'il y a, tu ne vois pas que tu me déranges dans ma rêverie romantique, là, tu ne peux pas attendre un peu que j'aie fini de béer de contentement ?

Décolleté vertigineux, lèvres pulpeuses, il n'y a vraiment rien de sacré pour toi ?

 

Bon, alors, qu'est-ce qui me tracasse ?

 

Emma.

 

Oui, je sais, on ne sait pas grand-chose d'elle, je ne m'emballe pas, on n'est pas encore marié, il faut apprendre à se connaître, et c'est très excitant.

 

Mais arrête, n'insiste pas, je suis tout à fait conscient que le peu que nous sachions est un peu alarmant, mais ce n'est pas de sa faute, les circonstances ne font que de la montrer sous un mauvais jour, c'est la faute aux circonstances, elle est incomprise, tu ne vois pas plus loin que le bout de ton nez de Coulommiers, moi je vois au-delà des apparences, on ne peut pas embrasser aussi bien si on est névrosée.

 

Oui, bon, d'accord, c'est vrai, ça ne veut rien dire, oui je me souviens de Jacqueline, c'est bon j'ai compris, oui elle embrassait bien, oui je me souviens très bien de l'histoire du petit chien et de l'agrafeuse, d'accord j'ai parlé trop vite on peut embrasser bien et mériter tout de même l'internement psychiatrique, c'est bon j'ai compris, oui Muriel aussi je me souviens de l'accident avec le grille-pain, on avait dit que nous ne reparlerions jamais de l'incident du grille-pain, tu ne vas pas aussi me reparler de Géraldine, non plus, pendant que tu y es, je te dis que j'ai compris, je retire ce que j'ai dit.

 

D'accord, Emma est un peu foldingue, je te le concède, on ne va pas en faire un… plat, je prends cette donnée en considération, il faudra se préparer à l'irruption d'une certaine quantité d'irrationnel dans notre existence, je l'ai bien remarqué, ne t'en fais pas je serai prudent, et puis tu reconnaîtras que j'ai l'habitude, les dingos ça me connaît, tu le dis toi-même.

 

Ok, d'accord, elle est un tout petit peu plus dingo que ma moyenne habituelle.

 

Oui, arrête d'insister, je sais qu'elle a détruit un des meilleurs restaurants romantiques que nous connaissions, ce n'est pas bien grave on ira ailleurs, ça arrive à tout le monde de détruire un restaurant de temps à autre, bon peut-être pas à tout le monde mais qui suis-je pour juger, un peu d'indulgence dans ce monde de brutes, ça serait trop te demander ?

 

Enfin quoi, tu ne vois pas que je suis amoureux ?

 

Plouf plouf.

 

Je corrige, tu as raison.

 

Enfin quoi, tu ne vois pas que j'ai envie de la sauter ?

 

Pfff.

 

Je t'assure, tu t'y connais pour gâcher une rêverie romantique, angelot de mes deux, ça se voit que les anges n'ont pas de sexe, tu ne sais vraiment pas de quoi tu parles.

 

Admettons que ce ne soit que du désir sexuel, c'est bien aussi le désir sexuel, non ?

 

Tu as gagné, d'accord, je ne m'emballe pas, je calme les idées romantiques, Emma est une cinglée de dimension internationale, je ne vais pas l'épouser, je te remercie d'avoir attiré mon attention sur une confusion passagère des sentiments, je vais juste la revoir pour le cul, franchement tu as vu ce cul ?

 

Je peux reprendre ma rêverie, maintenant, tu es content ?

 

Oui, quoi encore ?

 

Pourquoi j'ai toujours l'impression d'avoir oublié quelque chose d'important ?

 

 

Oh merde…

 

Ah ben oui, bien sûr.

 

Valentine rentre demain.

 

Aaaah, Valentine.

 

* * *

 

Voilà donc ce que le Coulommiers de mon rêve voulait me faire comprendre avec ses petits bras, tout cela est bien joli mais il ne faudrait pas oublier Valentine.

 

Encore un peu, et j'allais faire une connerie.

 

Bon, il y a urgence, on passe en DefCon 4, la situation est grave, c'est une crise majeure Monsieur le Président, appelez Jack Bauer, we have a situation.

 

Déclenchez l'alarme principale, bloquez les issues, que personne ne sorte, nous voilà énamourés d'une inconnue alors que Valentine rentre demain.

 

Heureusement que je suis très organisé, et que j'ai une parade absolue dans ce genre de situation.

 

On n'est jamais assez préparé pour faire face à ce type de crise.

 

Où est-ce que je l'ai rangé, j'ai dû ranger ça avec les documents importants, où est ce fichu papier ?

 

Aaaah voilà.

 

 

 

Dix Excellentes Raisons

de réfléchir à deux fois avant de quitter sa copine

sous le prétexte fallacieux que l'herbe serait plus verte ailleurs

ou en cas de tomate-cerise

(à lire immédiatement en cas d'urgence)

 

 

  1. Tu as horreur des préservatifs ; c'est l'immense avantage des relations exclusives sur les aventures éphémères 
     
  2. De temps en temps, c'est bien aussi de faire l'amour sans être complètement bourré ; avec ta copine régulière, tu peux faire des grasses matinées crapuleuses, voire des siestes coquines, avant l'heure à laquelle tu commences habituellement à boire…           
    Soyons francs, dans le cas d'aventures de passage, la galipette est tardive et le plus souvent imbibée
     
     
  3. Ta copine a peut-être plein de problèmes dans sa tête, mais les autres femmes sont névrosées aussi, peut-être même en pire, en tout cas sûrement en plus inattendu ;           
    au moins avec celle que tu connais, tu sais à quoi t'en tenir
     
     
  4. Tu sais, toi non plus tu n'es pas un cadeau tous les jours ; au moins, elle, elle te supporte, elle te connaît, et elle est toujours là ; tu as vraiment envie de revivre une période d'essai avec une autre à te demander si tu passeras avec succès tous les tests ? 
     
  5. Tu as investi des heures et des heures à lui faire aimer tes séries préférées, à l'initier à ta musique, à tes préférences sexuelles, à tes goûts culinaires, tu te rends compte du boulot pour former une nouvelle compagne ?            
    Tu crois que tu vas trouver facilement une autre femme qui trouve que "Mon Oncle Charlie" est très drôle ?
     
     
  6. Tu te rends compte qu'elle aime bien quand tu lui joues de la guitare ?       
    Soyons réaliste, tu sais très bien que tu joues très mal, et que tu chantes totalement faux, et pourtant elle tolère avec indulgence tes concerts improvisés et tes solos de blues en mi ; tu crois que la suivante sera aussi patiente ?     
    Pendant qu'on est sur le sujet, tu réalises qu'elle aime bien quand tu cuisines, aussi ?
     
     
  7. Renégocier l'espace dans la salle de bain ? Vraiment ? Tu te sens prêt à revivre ça ? 
     
  8. Elle sait quand tu es bougon et qu'il vaut mieux te laisser tranquille, elle comprend que tu n'as pas forcément envie de la voir tous les soirs, elle sait que tu ne vaux pas grand-chose avant ton café du matin, et que jamais, au grand jamais, il ne faut te réveiller quand tu dors, elle est capable de rester sans parler et elle ne panique pas s'il y a un instant de silence, elle ne te demande pas de l'accompagner quand elle fait du footing, elle aime bien t'inviter chez elle mais elle comprend quand tu préfères la retrouver chez toi, elle tolère ton sens très particulier du ménage et du rangement, et elle n'exige même pas d'avoir les clés de l'appartement… 
     
  9. Elle ne te demande pas de grandes déclarations d'Amour, elle comprend que tu ne sois pas toujours certain de tes sentiments      
    Elle te dit qu'elle souffrirait beaucoup de ton infidélité, mais qu'elle comprend que tu sois troublé par une rencontre            
     
     
  10. Et maintenant, oublie tout ce qui précède, respire un bon coup, calme-toi, et considère l'essentiel : tu le sais bien, que tu aimes beaucoup Valentine, n'est-ce pas ?

 

 

Ouf.

 

On l'a échappé belle.

 

J'ai bien failli être infidèle, moi.

 

Une chance que je sois un mec bien.

 

Et organisé, avec un protocole de cellule de crise super au point en cas de dérapage.

 

Et un Coulommiers surentraîné sur l'épaule, pour tirer la sonnette d'alarme.

 

 

Valentine rentre demain.

 

Tiens, je vais aller faire des courses, je nous ferai un bon petit plat pour son retour.

Et je vais mettre du champagne au frais.

 

 

J'achèterai même peut-être des fleurs, sur le chemin.

 

 

 

 

 

( Fin !! )

 

 

 

Nota Bene : et pendant ce temps-là, à Vera-Cruz... le récit du réveil d'Emma…

 

 

 

 

Commenter cet article

LPF 24/04/2010 06:49


Bah quoi, c'est drôle "Mon Oncle Charlie". :o)


Valentin Vernoux 25/04/2010 10:34



Charlie est mon héros....



vynce 25/01/2010 10:52


je m'insurge et m'inscris en Faux !! mon client est blanc comme l'enfant qui vient de naitre, sa souffrance est sincère et QUI pourrait lui jeter la première pierre...
pour ce qui est du lait fraise en revanche, j'ai arrêté la fraise... ça fait grossir !! et pis ça me donne l'air moins con... je demande directement un "petit blanc" et le tavernier comprends
direct ...


Expertesse 24/01/2010 19:29


Dis donc rouquin, on t'as reconnu...Tu n'es pas objectif, tu défends le dernier ami qui puisse te faire sentir encore un peu jeune en te sortant dans les bars trendys de Paris, et qui acceptes que
tui lui colles la honte en commandant des laits fraise. Forcément, tu lui devais bien cette plaidoirie. Objection rejetée pour conflit d'intérêts donc. Nan mais.


vynce 20/01/2010 15:28


c'est beau tout de même un homme dans le feu de l'action... je suis persuadé que pour toutes celles qui jusqu'alors le trouvait myso, phalo, obsédé... il apparait maintenant fragile et totalement
éclairé par l'esprit saint... pas celui qui illumine en même temps le type en blanc (pour celui là c'est à peine une diode !)
moi je trouve que ce Valentin nous est présenté là tel qu'on en rêverait... un mec finalement comme nous... avec des faiblesses (votre honneur, mon client reconnait avoir été tenté... mais il n'est
pas une bête, c'est un être humain avec ses fragilités... mais aussi doté d'une raison !) mais aussi avec une immmmmmmense capacité de lucidité qui lui permet de disserner avec rapidité et bon aloi
une situation fiable, stable, fermement encrée dans des principes catholique, judéo chrétien, moraux et républicains... d'une situation de "baise sans lendemain"... et cela, votre honneur, ce n'est
pas mon client ! on voudrait ici nous faire croire qu'il pourrait succomber aux chants des sirènes alors qu'il nous a fait montre de toute sa générosité en ne voulant pas mettre mal à l'aise la
belle Germaine, qui pourtant espèrait lui soutirer des faveurs peu orthodoxes, alors qu'elle ne s'était pas épilée de 8 semaines et portait une gaine Damart (certe couleur chair)mais qui aurait pu
nuir à sa réputation de jeune et belle "cadre dynamique" dans une jungle ou le moindre "faux pas" ou "faute de gout" n'est pas permis...
qui voudrait nous faire croire que mon client est le monstre que nous décrit Madamoiselle Prune...? alors qu'il s'enquière lui même (et non par un quelconque intermédiaire) de l'état de santé de la
dame Emma qui rappelons le a subit la veille une épreuve que je ne souhaite à personne...)... alors qu'il fait tout pour dissiper la situation afin de ne pas la mettre plus dans l'embarras et va
même, votre honneur, jusquà l'inviter de nouveau au restaurant afin qu'elle ne puisse penser quelle est dorénavant banie du milieu pour lequel elle a tant luttée et peiné à entrer... car rappelons
le... Emma n'a pas eu une enfance facile... mais votre honneur ceci est une autre histoire et je trouve les accusations de Prune, charmante certe, mais quelque peu ironiques... aussi je demande la
relaxe de mon client qui souffre déjà d'avoir été malmené par 2 mariages qui lui ont usé la santé, le portefeuille,le jugement... c'est un homme meurtris et en quête de réconfort et de tendresse,
oui de tendresse et d'amour, que vous avez devant vous... merci


Prune 20/01/2010 14:40


D'un autre côté, je ne connais pas Valentin; ce sont des jugements à l'emporte pièce